Mettre fin à cette haine de nous-même

September 26, 2019

Mandala lançait hier sa campagne sur la diversité corporelle. Maryse et Cynthia étaient choquées et tristes d’entendre les clientes dans les cabines d’essayage émettre des commentaires haineux à l’attention de leurs propres corps.

 

 

 

On peut reprocher beaucoup de choses à l’humain. Mais ce qui fait sans aucun doute sa plus grande richesse, c’est sa diversité. Y’en a pas un de pareil! Si certain peuvent se ressembler physiquement, que ce soit dû à la génétique ou à d’incroyables efforts pour modeller son corps afin qu’il entre dans le moule de la perfection que nous avons collectivement édité mais qui ne cadre à personne, la richesse des différences qui habitent cette enveloppe corporelle, elle, est infinie. Juger les autres, se faire juger, se juger soi-même, ce n’est rien d’autre qu’un génocide de ce qui fait notre force, individuellement ou collectivement. Se critiquer sur des aspects physiques, c’est tellement la plus grande diversion qui soit pour nous éloigner de notre essence profonde.

 

 

 

 

S’empêcher d’être soi, d’afficher ses couleurs, de vivre nos passions, d’exprimer ce que l’on ressent, de partager ses idées par peur du jugement est une prison mentale dangereuse. Le jugement, l’envie, la jalousie nous isole et nous détruit par en dedans. Les agences de marketing l’ont bien compris et des milliers d’entreprises pas toujours, voir très rarement, bien intentionnées en profitent pour s’enrichir sur notre dos grâce à notre manque d’amour envers nous-même. Cosmétiques toxiques, fast fashion à renouveler sans cesse, produits amincissants désastreux pour notre santé, des plans de régimes, produits dépilatoires, parfums, abonnements au gym qu’on utilise 2mois mais qu’on paye toute l’année en se culpabilisant...  Non seulement on s’esclavagise à des emplois qui nous empêchent bien souvent de profiter de la vie et d’être nous-même afin de se payer tout ça mais on encourage le cercle vicieux en se mettant les pieds dans des situations, des lieux de travail qui nous font sentir encore moins adéquats, avec d’autres gens en mal d’amour qui encouragent ce type de pensées malveillantes.

 

 


On a besoin de si peu pour vivre. Notre manque d’amour envers nous-même, c’est littéralement ça qui nous fait surconsommer et qui détruit notre belle planète (la seule sur laquelle la vie humaine est possible, aux dernières nouvelles). On travaille à une job qui bien souvent encourage le malaise social afin de se payer de l’acceptation. C’est un peu tordu quand on y réfléchit. Ça me rappelle une

vieille toune des Vulgaires Machins… 

“J’fais d’la poud’

Pour travailler plus

Pour faire plus d’argent

Pour faire plus de poud’.”

 

 

C’est pas pour rien que le développement personnel a autant la cote ces derniers temps : on est tous gravement en manque d’amour! C’est ça la clef de la liberté. Quand on s’aime, on n’en a que faire de ce que les autres pensent. On peut se permettre d’être nous-même, d’explorer nos passions, apporter notre meilleur à la communauté, on n’a pas peur d'expérimenter, de possiblement se planter, parce qu’on sait qu’on pourra se relever.

 

 

 

Je ne sais pas si on peut apprendre à s’aimer à la folie, 24h sur 24 de façon permanente. C’est normal les remises en questions et les jours plus gris. Mais quand on fait des choix, des plus petits aux plus importants, et qu’on le fait avec amour de soi, on débarre la porte de notre prison et enfin la vie prend tout son sens. L’immensité des possibilités de ce qu’on peut en faire débloque enfin.

 

 

 

Commençons donc quotidiennement par prendre conscience de notre petite voix (des fois c’est une très grosse voix!) qui nous lancent ses insanités réductrices en permanence. Et faisons la taire. Parce que ça ne part de nul part d’autre que nos pensées. Ce qu’on pense et imagine, c’est la locomotive de notre vie. Où  avons-nous envie qu’elle nous emmène? C’est là que devraient se poser nos pensées.

 

 

 

Cessons aussi de se comparer et juger les autres. C’est comme d’envoyer un signal à notre subconscient qu’on a besoin de diminuer les autres pour se faire valoir. On n’a pas besoin d’être meilleur que quiconque. Meilleur en quoi? “Meilleur” est beaucoup trop relatif d’une personne, d’une culture ou d’un groupe social à l’autre. À moins de tenter d’être le meilleur de soi-même, mais ça, ça ne regarde que nous. À l’inverse, si quelqu’un nous juge parce qu’il ne s’aime pas assez, ce n’est pas notre problème. C’est le sien. Souhaitons lui simplement de trouver l’amour à son tour. Mais honnêtement, si on commence juste par s'occuper de soi, de prendre contrôle de nos propres pensées, déjà on aura de quoi être fier de nous. 

 

 

 

 

Mandala crée des vêtements confortables pour toutes les femmes, des tailles 2XS à 3XL. Voici mon code promo pour obtenir 15% de rabais : JULINTHESKY

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Éco-anxiété et sauvetage de planète

October 3, 2019

1/9
Please reload

Code promo
ambassadrice Mandala
Posts Récents

September 5, 2019

November 20, 2018

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload