Dormir sur le plancher

September 5, 2019

 

 

Je vous jure que je ne suis pas en train de faire un concours de c’est qui le plus minimaliste!  Dormir sur le plancher, on a tenté le coup mais c’était vraiment pour des raisons pratiques. Aussi un peu par paresse et beaucoup d’écoeurantite. Voici notre histoire:

 

Après la naissance de la petite Mÿa, on a déménagé une première fois parce que le logement était devenu beaucoup trop cher (1300$ rien compris pour un 6 et demi métro Beaubien. Aujourd’hui, trois ans plus tard, c’est une aubaine!) et mal adapté à nos besoins (un couple, deux enfants, une seule chambre fermée… Welcome to Montreal!). On a donc déménagé dans un 4 et demi rue PieIX ("Pie ixe" comme disent les employés dans les centres d’appels aux Philippines) 850$ eau chaude incluse avec deux chambres fermées. Raÿla avait sa chambre, et la petite qui avait presque deux ans dormait avec nous. Mais Théodore s’est pointé le bout du nez quelques années plus tôt que prévu. Ça commençait à faire du monde à messe dans une seule chambre alors on s’est remis à regarder pour un logement plus grand. Et Pie IX c'est bruyant. Et l'entretien du bâtiment était toujours fait de la manière la plus cheap possible alors on ne s'est pas fait prier pour aller regarder ailleurs. 

 

Quelle horreur! Les 5 et demi était tout simplement hors de nos moyens et ce peu importe dans quel quartier on regardait, ou même de l’état du logement. On était dans une situation financière précaire avec mon chum qui commençait chez Poste Canada et qui travaillait en moyenne deux semaines par année, sur appel, et moi qui s'enlignait sur un 2e congé de maternité en peu de temps. J’ai donc sorti mon écriture du dimanche et j’ai postulé dans plus d’une centaine de coopératives d’habitation à Montréal. On a eu une place mais à quelques semaines d'avis seulement. Deux semaines avant la naissance de Théodore, j’ai visité le logement. Une semaine après sa naissance on a signé le bail. On a trouvé des sous-locataire et fait nos boîtes en trois semaines, en me tenant le ventre, un bébé naissant dins bras et une petite terrible two qui essayait ben fort de ne pas perdre sa place de choix et ce à temps plein parce qu'elle n'allait pas à la garderie dans les pattes et mon chum qui venait de pogner une run de livraison de colis 5 jours/semaine, ne me laissant aucune chance de me remettre de mon accouchement de manière convenable. On n'était pas encore Wannabe Minimaliste à cet époque même si le désencombrement était bel et bien entammé de force vu qu'on perdait 2 pièces quand on est emménagé sur Pie IX. Mais on avait encore BEAUCOUP de chemin à faire et d’overstock. (C'est pas des farces. On avait une pièce complète, un grand hall d'entrée, rempli de choses qu'on n'utilisait pas, qu'on voulait vendre ou donner, qu'il manquait un morceau qu'on espérait retrouver... Un tas qui se remplissait à mesure qu'on le vidait et ce pendant l'année entière ou on a habité là. On était un cas!

 

Je resterai probablement traumatisée à vie de cette déménagement-là mais ça n’allait  pas nous empêcher de redéménager 6 mois plus tard. Car voyez-vous, la façon que ça fonctionne dans notre coop c’est que quand un logement se libère, les autres membres peuvent choisir de déménager dedans et les nouveaux se retrouvent ainsi avec les logements les moins intéressants. Fair enough. On a donc redéménagé pour une troisième fois en un an et demi dans un logement qui nous convenait mieux, en plein mois de décembre.

 

 

J’arrive enfin à l’histoire du lit. On a trois lits à démonter et remonter à chaque fois qu’on déménage.  Heureusement que Théodore, ce petit lionceau, refuse qu’on le mette en cage dans une bassinette sinon ça nous en ferait quatre! (Comme dit Élizabeth Simard, c'est comme si on le mettait dans le feu! J'ai su par la suite que c'était recommandé par Montessori de mettre le lit des bébés sur le plancher). On savait que Raÿla n’en avait plus pour longtemps à vivre avec nous car elle allait prévoyait faire son CEGEP en Gaspésie l’automne suivant. Alors on a décidé de lui laisser notre  grande chambre avec notre lit jusqu’à son départ pour avoir un lit de moins à remonter. En plus, son matelas était fini (il venait avec l’appart que j’avais habité 10 ans auparavant) et je lui avais promis depuis longtemps qu’on allait lui acheter un matelas neuf mais là c’était juste pas logique. C’était donc le meilleur compromis.

 

J’avais été inspirée par la Youtubeuse minimaliste MJ Gordon. Comme elle et sa famille déménagent souvent d’un coin à l’autre du monde et doivent se départir de leur mobilier pour éviter des frais énormes de déménagement, ils ont commencé à dormir sur le plancher, toute la famille. Parce qu’un lit, ça coûte cher. On n'achète pas ça aux 4 mois! Dormir sur le le sol s'est donc avéré la solution simple et logique dans leur cas. Mais même si de prime abord ils voyaient ça comme un compromis, un désagrément moindre à un autre désagrement, ils se surprendront à dormir sur le sol à l'hotel et dans des maisons louées meublées car finalement, ils dorment mieux sur le plancher.

 

Je m’étais aussi aperçu en faisant du yoga que j’étais donc ben, allongée au sol en savasana. Ça m’a rappelé mon époque nomade où je dormais un peu partout. Bien souvent, je préférais le plancher au vieux couch plein de ressorts et d’acariens qui m’était offert. J’ai jamais eu de difficulté à dormir sur le plancher. Pour être franche, avant de convertir ma famille, je dormais déjà sur le plancher avec mon fils parce que dans le logement qu'on habitait, qui était sur deux étages, il y avait un problème d'humidité en haut, à l’étage des chambres, suite à un mega dégat d’eau qui avait eu lieu dans le passé. La plupart des gens n’y voient que du feu mais moi je suis comme hypersensible aux moisissures et ça me rendait malade (sinusites, conjonctivites, chat dans la gorge, …) et je sentais littéralement leurs odeurs et ça m’écoeurait. Mon fils toussait beaucoup la nuit quand on dormait en haut et je m'étais mis dans la tête que c'était à cause des moisissures alors on a commencé à dormir dans le salon à l'étage du bas. Mais le divan, il me faisait mal au dos et son odeur de colle de presswood m’écoeurait aussi (je l’sais, je suis pas facile à vivre! On s’en est d’ailleurs débarrassé du divan à ce déménagement-là. Je suis la princesse au petit pois!) alors je m’installais au sol avec le bébé que j’allaitais encore plusieurs fois par nuit et on a passé le cap vers le nouveau logement de cette façon. Je dormais enfin la nuit, c'était merveilleux!

 

Mon chum était quant à lui un peu moins enthousiaste mais il embarque toujours dans mes niaiseries et ça ne lui tentait pas plus que moi de monter un 3e lit et acheter un matelas qui n’allait même pas passer l’année. Mais après quelques nuits, il s’est mis à vraiment mieux dormir et je ne compte plus les fois ou il m’a remercié pour mes excentricités. On a donc passé 8 mois à dormir sur des tapis de yoga sur le plancher (l’idéal serait des tatamis japonais parce que ça “repsire” mais on a fait avec ce qu'on avait), deux bonnes grosses couvertures par dessus et voilà! Avec le bébé et Mÿa qui venait nous rejoindre en plein milieu de la nuit, à quatre dans un lit on aurait souffert mais cordés comme ça sur le plancher, on avait toute la place qu’on voulait et on ne se faisait pas réveiller en plein milieu de la nuit par une petite de 3ans qui fait des cauchemars.

 

Au début, c’est possible que ça fasse mal un peu au niveau des os (épaules, hanches). Une douleur un peu comme si on s’était fait un bleu mais pas de marque et ça s’endure très bien. Ça dure deux-trois jours puis on ne le sens plus. Mais au niveau de la posture, c’est tout simplement fantastique! Bye Bye mal de dos, mal de cou… Fini les courbatures quand on se lève le matin. C’est vraiment génial. Quand on y pense, la nature a créé le corps pour dormir au sol et on y est parfaitement bien aligné (de là le fameux confort du savasana). Peut-être que tu te dis : “Quand je dors sur le sol en camping, je dors mal et j’ai mal partout” mais c’est pas pareil. Souvent il y a des bosses, de l’humidité, des sons étrangers, il fait trop froid ou trop chaud. Le sleeping bag glisse. Chez soi c'est bien différent. Il paraîtrait que lorsqu’on dort sur le sol avec notre corps bien aligné, les sang circule mieux et notre corps est mieux nourri en oxygène. Ce serait la raison pourquoi on est moins courbaturés et qu’on se sent plus reposé. 

 

Mais je ne dis pas que c’est la bonne chose à faire pour tout le monde. Dans notre cas ou celui de MJ Gordon, c’était la chose logique à faire et je suis bien contente d’avoir eu l’esprit assez ouvert pour que ça ait pu être pour nous une possibilité. Ça nous a réellement simplifié la vie et c’est ça le but de cet article. De passer le message que même si c’est anormal, socialement non acceptable, si c’est plus simple pour toi, DO IT! T’es pas obligé de le faire savoir à tout le monde sur Internet comme moi si t’as peur de te faire juger.

 

Car oui, on s’est fait jugé. J’ai même des proches qui étaient comme fâchés de ça, comme si c’était de leurs affaires. J’ai un peu de misère à comprendre pourquoi, c’est un phénomène qui me laisse incrédule depuis longtemps. La différence, aussi insignifiante qu’elle soit , met les gens mal à l’aise. Et plutôt que de questionner le pourquoi du comment de leur malaise, ils se fâchent contre la personne qui les mets mal-à-l’aise. Mais bon, l’important c’est d’en prendre conscience et ne pas se compliquer la vie pour gérer le malaise des autres à leur place. Plus jeune c’est vrai, j’aimais créer des situations qui sortaient les gens de leur zone de confort. Du haut de la naïveté de mes 16 ans, je me disais que quelque part, ça allait les forcer à réfléchir et que peut-être leur esprit allait finir par s’ouvrir comme par magie, pour leur bien-être global (ça doit pas être drôle de vivre avec autant de rigidité…) et pour celui de l'humanité qui a gagnerait tant à se libérer d'un paquet de niaiseries. Je sais pas si c'est encore par naïveté ou par acharnement à vouloir croire que les choses ne peuvent tout simplement pas rester comme elles sont que je continue de mettre le monde mal à l'aise comme ça... Je pense que j'espère sincèrement que l'esprit des gens se libèrent de cet espère de moule qui s'est tissé dans l'inconscient collectif mais dans lequel personne ne semble trouver sa place... Je souhaite simplement témoigner que j'ai fait différemment et non seulement j'ai survécu mais je m'en porte beaucoup mieux alors faut pas hésiter d'essayer. Quoi que ce soit (et pas nécéssairement dormir par terre. Mais si ça te tente, fais-le!).

 

Mais bref. En se renseignant un peu, dormir sur le plancher est est quelque chose de très culturel. Ce n’est pas anormal partout. Les gens qui ont visité le Japon par exemple, auront probablement expérimenté le dodo sur le sol dans toute sa normalité. J’ai vu beaucoup de vidéos sur le sujet. Ça doit exister des gens qui n’ont pas aimé l’expérience mais ce que j'ai vu, c’était positivement unanime. Alors je t’invite à tenter le coup, en particulier si tu as l’impression de te réveille plus fatigué que la veille. Tu n’as rien à perdre.

 

De mon côté, j’ai repris mon lit depuis le départ de Raÿla mais mon plancher me manque. On vient de redéménager, encore. Pour une 4e fois en 3 ans. On a sincèrement envisagé de se débarrasser de notre lit une fois pour toute. Hey ça en prend de la place dans une pièce c’te gros mastodonte là! En plus, le matelas a juste 5 ans et il est déjà fini. Mais le problème c’est que Raÿla n’est pas partie avec toutes ses affaires. Il y a un rangement sous le lit et il est rempli de tout son stock et je n’ai pas d’autres endroit ou le mettre en attendant qu’elle vienne le gérer (même qu'on a moins de rangement dans le nouvel appart). C’est nono un peu comme raison pour démonter, déménager, remonter un lit dans lequel je n’ai pas vraiment envie de dormir. Encore plus de me sentir obligé de dormir dedans simplement parce qu’il est là... Voyez ce que ça fait le matériel!  Quel casse-tête! Il se pourrait fort bien que j'élise domicile dans mon salon la nuit pour dormir sur le plancher, vu que le lit prend toute la place dans ma chambre. Ce qui me rappelle de vous mentionner qu'un des gros avantage non-négligeable à dormir au sol, c'est que le matin, on n'a qu'à ranger les couvertures et nous voilà gréé d'une belle pièce vide pour jouer, danser, faire son yoga, un bricolage géant ou whaterver qui te tente.

 

Vas tu tenter le coup? Essaye au moins une semaine questions de t'habituer et réellement ressentir les effets. Et reviens nous en parler. Je suis curieuse!

 

Sur ce, bonnes nuits mes petits chéris!



 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Éco-anxiété et sauvetage de planète

October 3, 2019

1/9
Please reload

Code promo
ambassadrice Mandala
Posts Récents

September 5, 2019

November 20, 2018

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload